Menu

t
a
p

Le corps a toute sa place en psychothérapie. Le premier à prendre en compte cette réalité fut Wilhelm Reich au milieu du siècle dernier. En amenant le «bodymind», il introduit l’idée de l’unité du corps et de l’esprit. Le courant des thérapies psychocorporelles est né et avec lui de nombreuses techniques intégrant cette notion d’inconscient corporel, reliant les douleurs physiques aux douleurs psychiques. Carl Gustave Jung parmi tant d’autres parle des deux dimensions d’une réalité unique.

A la recherche de l’unité perdue

Mon corps est la mémoire vivante de mon vécu personnel, familial et collectif. Il porte en lui les traces, les stigmates, les marques de mon histoire. Lorsque le vécu est douloureux et que les émotions et les mots associés ne sont pas possibles (en raison de l’âge, du contexte…), les souvenirs sont refoulés dans l’inconscient : ils forment la « cuirasse caractérielle ».

Derrière le bouclier, qui va là … ?

Si cette cuirasse, véritable armure, a pour but premier de préserver de la souffrance (par le refoulement), sa conséquence est une rigidification (interne et externe). Autant de tensions corporelles et émotionnelles qui empêchent la mobilité et la souplesse de vie, qui entravent ma capacité de bouger avec et d’être heureux.

A l’écoute (du langage) du corps

A l’Atelier Thérapeutique, l’écoute de la globalité de la personne se fait de diverses manières, sous différents aspects, à plusieurs niveaux. Attentifs aux manifestations corporelles et émotionnelles qui traversent la personne, thérapeute et consultant donnent enfin la parole aux messages inconscients enfouis, réprimés. Ex-primer… des sons, des souvenirs, des gestes, des mots, des pleurs, des cris… laisser s’exprimer la partie sensible de soi.

Du sens ET des sens

Faire des liens, amener de la compréhension lors des temps d’échanges verbaux ET sentir, ressentir, percevoir lors des temps consacrés aux sensations, aux émotions. Une synergie qui amène de la conscience (corps et esprit). Écoute active, relation interactive et ouverture créative s’entrelacent lors des séances.

Atelier de réparation

Certains sont cassés, certaines sont en panne, les unes sont tordues, les autres sont abîmés… tous et toutes recherchent à aller mieux, à penser / panser leurs plaies. Chacun chacune, en alliance avec le thérapeute va, de façon partielle ou totale, restaurer, reconstruire, consolider les piliers de son être. Jusqu’à une re-naissance ?

    • Sylvia 31 ans

      Sylvia souffre de dépendance affective et de comportement compulsif

    • Juan 24 ans

      Juan a subi des violences et des abus pendant l’enfance, il a peur de répéter le même scénario

    • Philippe 34 ans

      Philippe a mal au dos, il se plaint de surmenage professionnel

    • Rachel 38 ans

      Rachel se dit fatiguée, déprimée, son compagnon et elle n’arrivent pas à avoir d’enfant

    • Josiane 60 ans

      Josiane est très stressée, elle a eu un cancer et différents problèmes de santé

    • José 47 ans

      José, divorcé, a fait un burn out, il est actuellement en arrêt maladie, sous anti-dépresseurs

    • Stéphanie 40 ans

      Stéphanie dit n’avoir pas fait le deuil de la mort de sa soeur, elle souffre aussi d’insatisfaction sexuelle

    • Roberta 44 ans

      Roberta manque de confiance en elle, elle se ronge les ongles et a des crises d’angoisses et des tocs

    • Yasmine 54 ans

      Yasmine connaît des périodes d’insomnies, des maux de ventre et des problèmes de poids

    • Karl 20 ans

      Karl a des douleurs à la nuque, des migraines, ses rapports avec ses parents sont conflictuels

    • Julia 36 ans

      Julia souffre de troubles psychosomatiques, ses relations avec son mari sont compliquées

    • Jacques 70 ans

      Jacques souffre de solitude, les liens avec ses enfants sont coupés, il a déjà fait une dépression